Accueil > Au jour le jour > Les mineurs.

Les mineurs.

La situation de Calais est à dénoncer par l’absence totale de dignité accordée à l’autre.

Mais elle devient d’autant plus révoltante lorsque l’on sait que la moitié des personnes en attente du passage outre-manche est mineure.

En effet, des enfants sont envoyés par leur famille, leur village pour l’Angleterre.
Les raisons sont diverses, fuite du régime, peur des Talibans, besoin d’argent de la famille, perte des parents..

Tant de motivations à partir vers cette Europe qui  promet tant de réussite et de facilité de vivre.

Le constat est là, des centaines voir des milliers de mineurs sont en chemin, ils arrivent à Calais avec une grande pression familiale.

Passer vite en Angleterre pour réduire les frais du voyage, vite rembourser la dette faite à la communauté, à la mafia.

Les parents les appellent dans l’espoir de les entendre dire qu’ils y sont arrivés, qu’ils ont franchis la dernière frontière et quelle désolation quand l’enfant dit que non, qu’il n’y arrive pas, que c’est trop difficile, qu’il n’est encore qu’à Calais.

Les « après téléphone » sont des moments pénibles pour ces jeunes, ils sont découragés et se sentent encore plus seuls.

Ces mineurs, ces enfants ont entre 9 et 18 ans et sont ici, seuls ou avec des frères, cousins de routes. Ils évoluent dans un climat de crainte, de danger, parfois ils servent de petites mains pour la mafia.

La mafia calaisienne n’est pas si criminelle que ce que met en avant Monsieur Besson, ce n’est qu’une petite mafia qui s’occupe de maintenir l’ordre au sein de la communauté, de répondre aux exigences de la grande mafia elle bien au chaud au pays.

Les mineurs sont donc parfois récupérés par la mafia pour de petits « travaux » tels que faire passer de l’argent de lieux en lieux, orienter les autres sur les quais d’embarquements et ouvrir les camions pour installer leurs compatriotes en proie au passage outre mer..

Des petites mains utilisées car de par leur âge ils risquent moins que des adultes, utilisées mais aussi rémunérées. Et lorsque ces jeunes sont à Calais depuis des mois qu’ils n’ont plus d’argent ces tâches deviennent nécessaires à leur survie, à leur passage.

Une fois cet engrenage mis en route, le jeune est tenu en chantage, tenu à des obligations.

La vie quotidienne est une menace pour la vie de ces jeunes personnes, ils ont connus un voyage qui marquera à vie leur être.

Alors oui, la France octroie des droits aux mineurs isolés sur le territoire mais cela dans la seule condition où il veuille rester sur le continent.

Pourquoi ne pas s’adapter aux besoins de cette population particulière en créant des centres d’accueils de jour ou de nuit. Cela pour les jeunes voulant simplement transiter sur Calais. Nous pourrions ainsi les proteger de cet environnement hostile en évitant toutes les fugues et toutes les dépenses inutiles que le Conseil Général met en place dans leur accompagnement non souhaité par ces derniers.

Sinon en réalisant des centres adaptés, tels que des maisons d’enfants spécialisées pour les mineurs primo-arrivant en coopération avec des professionnels compétents où un travail sur l’installation en France pourrait être amorcé.

Publicités
Catégories :Au jour le jour
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :