Archive

Posts Tagged ‘nuit’

Sur la scène: des ombres s’affairent.

L'autre cotéLa nuit la population migrante s’active, s’affaire, est en mouvement près des quais d’embarquements.

Une danse incessante, un rythme, un tempo dans les tripes. A l’affut de tout ce qu’il se passe autour d’eux, ils tentent  inlassablement de « passer de l’autre coté » juste en face sur les côtes anglaises.

Près du port, sur les quais d’embarquement des camions les exilés essaient de se faufiler sous, sur, dans les camions.

Une nuit en passant sur la route accolée aux quais, j’ai pu voir un petit groupe de jeunes passés de l’autre coté du grillage. En soit rien d’exceptionnel, cependant les voir là de « l’autre coté », mes petits si près de la réussite. Mes petits parce que ce sont ceux avec qui je passe beaucoup de temps, ceux que j’ai vu arriver et ceux qui sont du fait des évènements un peu sous mon aile depuis quelques mois.

Je ne fais rien pour eux, élément qui m’a miné au début ; Mais après un échange avec un jeune, qui dans le passé a vécu la même situation je me suis rendue compte qu’être simplement là avec eux, à leurs cotés de sourire et parler avec étaient beaucoup. Ainsi tout s’est simplifié et éclaircie quant à ma place, à l’accompagnement, à l’aide engagée.

Bref, ces petits là, sur ce parking derrière ce grillage avec cette attitude, ce changement de comportement, l’instinct de survie et la force dans les yeux je l’ai ressentie là au fond de mon ventre et un sentiment bizarre m’a envahit.

Je n’en n’ai pas dormi, je revoyais cette image sans cesse et ce « beau moment » je ne l’oublierai jamais.

Un simple regard, un échange d’une demi-seconde, un bonne chance transmis par les yeux et tout était fini.

Les autres planqués dans les haies qui bordent les longs grillages attendaient leur tour.

Les grilles.

Les grilles.

Et chaque nuit mêmes rituels, mêmes espoirs.. attente de l’appel des passeurs, ouvertures des camions et passages des douanes pour ceux qui ont payé la « mafia » pour les autres essayer sans protecteurs est plus difficile mais mêmes processus, chercher des camions s’y faufiler et espérer que la douane ne les « détectent » pas.

C’est ainsi que filent les heures des nuits, les ombres errent dans la nuit bercées aux sons des klaxons des ferries, illuminées par les phares des camions qui embarquent et débarquent et par les milles lumières que projettent les bateaux en entrant et sortant du port.

C’est par ce spectacle que ces silhouettes s’animent avec pour seul sentiment l’espoir d’un jour meilleur.

Si cette nuit là la chance n’est pas avec eux, ils s’endormiront là au levé du soleil les yeux rivés vers l’Angleterre..

Le port

Le port

Publicités
Catégories :Au jour le jour Étiquettes : , , , ,

Une petite histoire.

C’est l’histoire d’un nez qui se fit grignoter une nuit par un temps de pluie.

Ce nez appartenait à un jeune homme, qui s’était assoupit sous un pont une nuit de Décembre.
Malade comme tout et avec pour seul refuge un sac de couchage, cet adolescent de 17 ans se retrouva seul sous un pont cette nuit là.

En pleine nuit il se réveille par une douleur au nez, à sa grande surprise une petite souris lui grignotait le nez.

C’est avec humour que nous avons fait passer cette aventure, un peu de blagues et beaucoup de rigolade ont fait passer la « pilule ».

Mais imaginez, être à sa place dans un pays qui ne veut pas de vous, avec des policiers qui vous chasse toute la journée et une souris qui vous grignote la nuit.
En plus clair, même sous un pont on gêne quelqu’un, même un animal vous demande de partir.

Je n’ose même pas me mettre à sa place et me dire tout ce qu’il a pensé a ce moment là.

Histoire légère et sans grande importance mais qui me tient a cœur et que je n’oublierai jamais.

Un nez, une nuit, un homme.

Catégories :Au jour le jour Étiquettes : , , ,