Archive

Posts Tagged ‘ordre’

Destin d’une tente.

Stockage consciencieux des tentes.

Revenons deux, trois mois plus tôt.

Décembre Janvier, le temps est glacial mais pas assez pour ouvrir le gymnase.

Malgré une petite manifestation des exilés devant leur « dortoir », rien y fait le lieu restera clos ce soir là et pour on ne sait combien de temps.

Salam décide alors de distribuer une centaine de tentes QUECHUA offertes par une association amie

« Ensemble pour l’Afghanistan».

A 19h juste après la distribution, les bénévoles se présente devant le gymnase, que nous appelons le BCMO bureau central de la main d’œuvre, et donne les tentes.

Les migrants décident alors de s’installer juste à coté de ce lieu, atelier montage de tente mis en place. Des fou rires et pas mal de difficultés pour  faire tenir les tentes, mais c’est bon les migrants sont installés et on un lieu abrité pour dormir !

Vers 19h30 heures arrivent plusieurs car de CRS qui quadrillent calmement le terre plein et nous somme de libérer les lieux en trente minutes sinon quoi une destruction massive des biens auraient lieu.

Un vent de protestation se fait entendre par les migrants alors complètement excédés qu’on ne les laisse même pas dormir sous une tente. Les bénévoles soutiennent ces derniers, le vice Président Jean Claude Lenoir entame alors une discussion avec la représentante des forces de l’ordre.

Le verdict tombe, on ne peut laisser les tentes ici, mais ailleurs elles seront tolérées et les forces policières s’engagent à ne rien détruite et n’arrêter personne pendant la nuit.

Ailleurs, ça veut dire loin, hors de la vue. Retour dans la Jungle, pas la première puisque tout est démantelé mais le bois du trottoir d’en face.

Après un pliage des tentes assez complexe et périlleux !

Départ imminent pour tous les jeunes avec leurs tentes sur le dos, un petit air de victoire s’affiche sur leurs visages.

Seulement, le lendemain matin que nous apportent les migrants, des arrestations ont été faites pendant la nuit et depuis 8h du matin les CRS entourent le bois pour évacuer tout le monde et récupérer les tentes.

Ni une ni deux, nous sommes sur place et en effet, quinze cars de CRS sont là garés sur le bas cotés impossible de passer.

Nous décidons alors de contourner et de passer à pied par l’ancienne jungle, une fois traversée nous arrivons sur les lieux. Evidemment accueilli par les forces policières, qui nous émettent juste la décision préfectorale d’évacuer les lieux et que les bénévoles seront « invités » à récupérer les tentes à la déchetterie ou au poste de police.

Chose vraie les tentes, ne sont pas saccagées, juste entassé au milieu des ordures de la ville.

Cela durera le reste du temps, distribution des tentes, ramassage par les CRS ou policiers, récupération par les bénévoles, redistribution .. un cercle sans fin.

Il est à noter que quand nous ne récupérons pas les tentes au milieu des déchets des Calaisiens nous les récupérons au commissariat de police où tout une procédure est mise en place :

–         Désignation de bénévoles par le Président de l’association au commissariat de police

–         Vérification des identités

–         Inscription des données de la carte d’identité

–         Validation d’accès aux tentes

–         Récupération.

Action visiblement mise en place pour affaiblir la motivation des bénévoles par les contraintes infligées.


Catégories :Au jour le jour Étiquettes : , ,